La « Grande Démission » dans la Silicon Valley ?

Introduction

Quand on prête attention à ce qu’il se passe actuellement avec les cryptos, la situation peut ressembler à ce qu’il s’est déjà produit en 1999. A cette époque, des centaines d’employés démissionnaient de postes grassement payés dans des sociétés bien établies comme IBM ou Microsoft pour rejoindre des start-ups du Web.

Certains avaient plutôt regretté leur choix un an plus tard à la suite du krach des valeurs Internet en avril 2000. Ce qui n’empêche que certaines sociétés ont émergé et permis de créer l’internet qu’on connaît aujourd’hui (Google, Amazon, Netflix…).

Les faits sont là et on vous en parle avec des exemples concrets dans cette vidéo. Un mouvement similaire à celui des années 2000 semble se produire actuellement avec des personnalités influentes qui quittent les big tech pour se diriger vers des startup crypto.

Ils quittent les GAFA pour les Cryptos

1. Sandy Carter : VP Amazon Cloud Computing -> Unstoppable Domains

Sandy Carter a quitté son poste de vice-président Amazon cloud computing en décembre pour rejoindre une société crypto Unstoppable Domains (qui vend des adresses “comme des site web” mais sur la blockchain).

Elle raconte avoir posté des offres de postes dispos chez Unstoppable Domains et reçu plus de 350 candidatures en 2 jours venant d’employés venant surtout des big tech.

Elle fait partie d’une vague de ces “cerveaux” de l’industrie tech (directeurs et ingénieurs avec beaucoup d’années d’expérience) qui voient la crypto comme une technologie disruptive qui arrive une fois toutes les quelques décennies. Ils font le parallèle entre la crypto et l’internet dans la façon où il était moqué à l’époque.

Pour illustrer cela voici une interview de Bill Gates dans un « Late Show » de l’époque :

2. Surojit Chatterjee : VP Google -> CPO Coinbase

Google n’est pas aussi impliqué que Meta dans les cryptomonnaies. Les employés ont commencé à voir le potentiel en 2020 quand Surojit Chatterjee, alors vice-président chez Google a quitté son poste pour devenir le Chief Product Officer de Coinbase, le deuxième plus gros exchange de cryptomonnaie après Binance.

Coinbase est devenue publique en Avril 2021 et la part de Chatterjee dans la société a alors explosé à plusieurs centaines de millions de $. Alors que ça ne faisait que 14 mois qu’il était dans la société.

Toutes ces fortunes créées en si peu de temps créent un sentiment de FOMO (fear of missing out) chez les employés expérimentés de la Silicon Valley.

3. Brian Roberts : CFO Lyft -> OpenSea

Brian Roberts a quitté son poste de CFO de Lyft (copie de Uber) en décembre pour rejoindre OpenSea la plateforme d’échange de NFT.

Il dit qu’il a vu assez de cycles et de ruptures technologiques pour reconnaître quand quelque chose d’aussi gros est en train d’émerger. Dans un de ses emails aux employés il dit “on est au day one en terme de NFT et de leur impact”.

4. Jack Dorsey : CEO Twitter -> CEO Square (Block)

Jack Dorsey a quitté son poste de CEO à Twitter fin novembre pour se concentrer sur son autre société Square et sur les cryptomonnaies. Elle a maintenant été renommée Block en référence à la blockchain.

5. David Marcus : Directeur Novi chez Meta -> Projet entrepreneurial Crypto

David Marcus a annoncé qu’il quittait son poste de superviseur sur les crypto-monnaies à Meta (anciennement Facebook) en fin d’année après 7 ans. Pour suivre son “ADN entrepreneurial” et travailler sur son propre projet de cryptomonnaie.

6. Evan Cheng : Directeur R&D Novi chez Meta -> CEO Mysten Labs

Evan Cheng, 50 ans, a quitté Facebook en Septembre après 6 ans en travaillant notamment sur le wallet Novi pour devenir cofondateur et CEO de la start up Mysten Labs concentré sur les projets de construction d’infrastructure de blockchain. Sur ses 20 employés actuels environ 80% viennent de sociétés techs comme Facebook, Google et Netflix.

Il dit qu’en 2017 les gens étaient avant tout là pour l’opportunité d’investissement mais qu’aujourd’hui ils sont là pour construire des nouvelles choses.

Ils ont du mal à recruter s’ils ne sont pas dans la Crypto

Sridhar Ramaswamy : Directeur Pub Google -> Cofounder Neeva

Sridhar Ramaswamy était directeur pub à Google et maintenant CEO de la start-up Neeva, un moteur de recherche sans pub. Il a été rejoint dans l’aventure Neeva par un autre haut cadre de Google, Vivek Raghunathan (VP YoutubeAds Google), et plusieurs autres employés de la société californienne.

Il dit que ça ressemble à la naissance d’internet dans les années 90’. C’est très early, très chaotique et plein d’opportunités. Il a le sentiment d’être en concurrence directe avec les startups crypto qui émergent quand il s’agit de recruter des nouveaux talents. Les sirènes des crypto appellent tous les employés qualifiés de la Silicon Valley.

Google

Certaines des plus grosses sociétés de la tech ont du mal à retenir leurs employés tellement l’appel des cryptos est fort. Etant donné que Google semble pour le moment moins impliqué dans les cryptos, ces problèmes de fuite des cerveaux vers les sociétés cryptos deviennent si pressants qu’ils sont devenus un sujet à l’ordre du jour de chaque réunion des directeurs du lundi. Sundar Pichai le CEO en discute souvent avec les membres de la direction, selon deux sources internes recueillis par le NY Times.

Pour combattre cela, ils offrent notamment davantage d’actions en rémunération à leurs employés.

Les raisons qui peuvent expliquer cet exode ?

Beaucoup de développeurs ont rejoint des big tech comme Google ou Facebook afin de créer des nouvelles choses, pour finalement faire face à la bureaucratie de ces mastodontes.

Argent/Compensation/Salaire

Ceux qui abandonnent leur gros salaires des big tech n’ont pas beaucoup de soucis à se faire au niveau de l’argent dans les start-up crypto en ce moment.
Généralement les salaires sont plus faibles mais l’espoir que l’action de la société explose un jour est plus grand. Les employés des start up crypto se voient offrir plus de liquidité sur leur avantages, ils peuvent généralement cash out leur actions plus rapidement. Tandis que les rémunérations en actions restent souvent bloquées plusieurs années chez plusieurs big tech.
Ils peuvent avoir des “compensation package” équivalant à ceux des big tech du fait de la facilité pour les employés de convertir les tokens de leur société (ou la crypto sous-jacente derrière la start up) en cash.

Aussi, beaucoup de ces start up ont des capitalisations tout de suite très élevées leur permettant de proposer des salaires ou des avantages conséquents.

En effet selon PitchBook, qui traque les investissements privés, les investisseurs ont injecté 28 milliards de $ dans les start-up crypto et blockchain en 2021, 4 fois plus qu’en 2020. Dont plus de 3 milliards dans des sociétés relatives aux NFT.

Mais il y a autre chose que l’argent

Sandy Carter l’ancienne vice-présidente d’Amazon Cloud dit que les gens se tournent vers les entreprises crypto pour autre chose que juste l’argent. Le web3 veut décentraliser le pouvoir et la prise de décision. C’est une alternative à la façon dont Google et Facebook sont arrivés à dominer internet en ingurgitant les données personnelles des utilisateurs pour leur vendre des pubs ciblées.

Elle dit qu’il y avait beaucoup de personnes intéressées par le web3 chez Amazon mais qu’elle n’a pas pu recruter ses anciens collègues de là-bas car elle a accepté une clause avec Amazon.

Elle pense que l’exode des employés tech vers les cryptos va forcément continuer et que le moment est parfait pour se lancer là dedans.

Changer le monde ?

Il y a deux écoles :
– Les sceptiques qui pensent qu’il s’agit d’une bulle spéculative générée par des gens qui veulent devenir riche rapidement en tradant des coins basés sur des blagues ou des memes.
– D’autres pensent que les cryptos peuvent changer le monde grâce notamment à la décentralisation, le Bitcoin a entraîné cette réflexion depuis 2009 et les NFT viennent seulement de devenir mainstream en 2021.

Les travailleurs big techs de la seconde catégorie se tournent vers les sociétés cryptos en espérant pouvoir utiliser leurs compétences pour faire partie de ce grand changement.

L’article cite des exemples de nouvelles sociétés travaillant sur les technologies blockchain qui sont apparues récemment et pouvant attirer les talents de la Silicon Valley :
– Exchange de Cryptos comme Bitpanda, Gemini et CoinList (on peut ajouter Coinbase aussi)
– Marketplace de NFT comme OpenSea et Dapper Labs
– Infrastructure Blockchain comme Dfinity et Alchemy

Joma Tech et la Crypto

Pour finir, Joma Tech (1.5 million d’abonnés sur sa chaîne principale), est un software engineer et Youtuber spécialisé dans le contenu pour les développeurs. Il a annoncé qu’il avait quitté son poste chez Google mi-novembre pour se consacrer à la réalisation de vidéos et aux cryptos.

C’est une personnalité assez influente dans le monde de la tech et pour les développeurs qui aspirent à travailler dans les big tech.

Il explique un peu son état d’esprit dans sa vidéo et pourquoi il a décidé de quitter Google. “There is more opportunity cost to stay at Google as a software engineer. There is a lot more upside if I do Youtube Full time.”

Concernant sa vision sur les crypto-monnaies, il dit : “Every so-often, there is a new technology that might change the way we do things. And I have no idea if crypto is just a huge bubble or if it’s here to stay. But even if there is a ten percent chance that it stays and it becomes a technology that changes the way we do things, I have to put my eggs in it.”

Il s’est donc intéressé aux cryptos de plus en plus dans le but de faire des court-métrages et des films sur le sujet. Selon ses mots, il souhaite donc “s’immerger dans le monde des cryptos”, en achetant des NFT notamment, pour acquérir les connaissances techniques requises.

En fin de vidéo, il propose même sa propre vente de NFT. On voit ça comme un signe de plus qu’il y a bien des développeurs qui se posent des questions sur l’opportunité que représentent les crypto-monnaies pour eux.

Conclusion

Finalement, il s’agit pour le moment de quelques personnes influentes qui ont vraiment sauté le pas. Mais quand même on peut voir dans les interviews que selon eux ils ne sont pas les seuls à se poser la question actuellement.

Ce genre d’info fait qu’on a envie de pondérer un peu plus dans notre portefeuille nos investissements dans Coinbase et autres sociétés liées de près ou de loin à l’utilisation des crypto-monnaies. (Adobe pour la création de NFT notamment)

On n’est pas des conseillers en investissement. Si vous voulez investir sur Coinbase en ouvrant un compte sur eToro ou si vous voulez investir dans les cryptos en ouvrant un compte sur Coinbase ou Binance n’hésitez pas à passer par nos liens affiliés !

Laisser un commentaire