Comment investir dans le Metaverse ? (Meilleures actions et ETF META)

On va d’abord essayer de définir en toute objectivité de quoi il s’agit avant de donner notre avis plus subjectif sur les actions qui nous intéressent pour investir dans ce secteur et aussi sur un ETF Metaverse qu’on présentera à la fin de l’article.

Introduction

Ne vous y trompez pas, on n’est pas forcément fan du metaverse. On peut même avoir du mal à imaginer que les gens préfèrent faire des activités virtuelles depuis chez eux avec un casque sur la tête plutôt que de sortir dans le monde réel. On peut aussi se demander comment est-ce qu’on peut gagner en productivité au travail avec les metaverse professionnels.

Mais tout peut arriver donc on reste ouvert à cette nouvelle technologie car ses avantages sont peut être encore insoupçonnés et on ne voudrait pas passer à côté de cette potentielle révolution de l’internet.

L’article se présente en 4 parties, c’est quoi le metaverse ? Le potentiel du metaverse ? L’ETF META puis les secteurs impliqués et notre liste d’actions metaverse.

1. C'est quoi le Metaverse ?

Définition

En fonction de la personne à laquelle cette question est posée, le Metaverse sera défini différemment, du fait de sa taille difficilement imaginable à l’heure actuelle et de son ambition.

Mais on peut tenter de le définir comme étant un monde virtuel fictif où des espaces virtuels, persistants et partagés sont accessibles via interaction 3D à un nombre illimité de participants et avec une économie pleinement fonctionnelle.

La question qu’on peut se poser c’est est-ce que le metaverse consistera en un seul grand monde virtuel comme dans le film ready player one ou bien plusieurs instances/expériences sur lesquelles chacun pourra décider de se connecter avec ses amis, ou les deux ?

Le Metaverse ou l'évolution d'internet

Au niveau du concept, on peut voir le Metaverse comme étant une évolution de l’internet qu’on connaît aujourd’hui. Un peu comme l’internet très mobile d’aujourd’hui l’est par rapport à l’internet très statique des années 1990 et 2000 où il fallait se brancher à un modem via un ordinateur pour consulter des pages.

Le metaverse peut devenir une réalité depuis peu grâce aux vitesses de bande passantes en hausse exponentielle, à la miniaturisation des hardware (composants électroniques et équipements) et à l’amélioration des protocoles de communication.

Espaces et actifs virtuels

Il est possible qu’à l’avenir on passe de plus en plus de notre temps dans des espaces virtuels et que de plus en plus de notre argent soit dépensé dans des objets ou des expériences virtuelles (exemple l’explosion des NFT).

Ces espaces et ces biens seront soit :

purement virtuels (exemple un faux salon créé de toute pièce dans lequel des NFT sont exposés et disponibles à la vente et où tu peux t’y rendre avec tes amis)

des “virtual twins” de biens ou d’environnements réels, (par exemple c’est déjà possible avec un casque VR de faire des visites d’appart en 3D sans avoir besoin de s’y déplacer, on imagine avec l’agent immobilier qui se connecte aussi et te fait visiter depuis chez lui aussi)

des ajouts en réalité augmenté (par exemple un animal de compagnie virtuel qu’on peut voir avec des lunettes de réalité augmentée et qui réagit aux mouvements et à la parole grâce à l’intelligence artificielle)

Les expériences seront l’un des aspects les plus importants du metaverse, mais elles ont besoin d’exister à l’intérieur d’une infrastructure technologique sophistiquée pour paraître réalistes et être vraiment intéressantes (qualité des reproductions 3D, serveurs capables de gérer un grand nombre de données, vitesse de connection élevée pour que ce soit fluide, casque et équipement de qualité qui reproduit bien les mouvements et la sensation de toucher, on attend toujours la société qui sortira un tapis de marche/course multidirectionnel pour pouvoir se déplacer dans le metaverse qui fonctionne et vendu en masse, etc).

Contenus UGC et économie du Metaverse

Les utilisateurs (particuliers ou entreprises) auront la possibilité via des outils de développement de créer ou d’améliorer des biens ou des expériences virtuelles dans le metaverse tout comme il est possible de fabriquer des objets ou proposer des services dans le monde réel. Ils alimenteront son économie en effectuant des transactions de biens et de services avec d’autres utilisateurs. Des jeux comme Minecraft, Roblox ou Fortnite permettent de créer du contenu in-game par exemple.

La monnaie utilisée dans ce monde virtuel sera probablement décentralisée (comme les crypto-monnaies par exemple) et sans ingérence d’un quelconque gouvernement. Coinbase la plateforme d’échange de cryptos a fait un partenariat avec Facebook/Meta pour son wallet NOVI.

Jeux vidéos et caractéristiques proches du Metaverse

Certains jeux-vidéo ont des caractéristiques de ce que le metaverse incarnera éventuellement. Par exemple :
– des serveurs pouvant héberger un grand nombre de joueurs (des milliers pour les MMORPG)
– une monnaie d’échange virtuelle et sécurisée,
– des expériences de jeu créées par d’autres utilisateurs

Ce sont des proto-éléments du concept de metaverse.

Plusieurs jeux modernes bien connus présentent plus ou moins ces éléments comme GTA Online, Roblox, Minecraft et Fortnite par exemple, qui sont également certains des jeux les plus rentables historiquement. Ce n’est pas une coïncidence car la nature de ces titres incite les joueurs à revenir dessus pour en faire toujours plus, et cela pendant plusieurs années après la sortie du jeu. L’achat de nouveaux skins pour son avatar plus ou moins rares qui permettent sa personnalisation. La possibilité de vivre des expériences toujours différentes car créées par les joueurs eux-mêmes (par exemple les serveurs RP de GTA Online, des jeux Roblox ou des maps Minecraft créées par des joueurs). Les événements ponctuels qui regroupent les gens et apportent de la nouveauté (comme les concerts Fortnite ou des nouvelles missions sur GTA Online).

D’autres jeux comme Star Citizen peuvent également se rapprocher grandement d’un metaverse lorsqu’ils sont joués avec un casque VR. Second Life à l’époque était un pionnier en la matière de par son aspect social et son économie proche de la réalité avec des grandes marques qui avaient ouvert leurs boutique dans le jeu notamment (American Apparel, Dell, Lacoste ou L’Oréal Paris par exemple).

De nombreux autres éléments doivent s’ajouter pour atteindre l’objectif du metaverse mais le gaming semble être un support logique pour servir de terrain d’essai et de rampe de lancement au metaverse.

Arrivée progressive du Metaverse (version alpha)

Le metaverse ne va probablement pas arriver d’un seul coup, mais sera plutôt le fruit de plusieurs années d’effort de la part des sociétés et des individus (entre 5 et 15 ans selon un cadre de Meta/Facebook responsable de son développement). Dans un sens, on peut dire qu’on est déjà en train d’expérimenter une version “alpha” du metaverse par le biais :
– de certains jeux vidéos,
– d’expériences en réalité augmentée
– d’expériences en réalité virtuelle,
– du e commerce
– des services de streaming.

Opportunités et changement liés au Metaverse

Etant donné que le metaverse est encore naissant, les opportunités pour la plupart des industries ne se sont pas encore présentées. L’émergence du metaverse risque de révolutionner chaque société (si une marque comme Nike ne fait pas le nécessaire pour proposer des produits dans le metaverse elle se fait dépasser un peu comme si elle n’avait pas un site internet ou une application aujourd’hui).

Il faut imaginer que des nouvelles industries et des marketplaces seront créées à l’avenir, tout comme de nouveaux types de compétences, de professions et de certifications (Chief metaverse officer par exemple qui commence à voir le jour). L’émergence d’entreprises innovantes qui s’occuperont des problèmes spécifiques au sein de cet univers, à la fois dans les mondes physiques et virtuels. La valeur totale créée par ces changements est difficilement quantifiable.

2. Le potentiel du Metaverse

Le metaverse est un objectif partagé par plusieurs leaders de la tech comme Mark Zuckerberg, Tim Sweeney ou Jeff Bezos. Ce but motive certains de leurs investissements, par exemple dans l’architecture 3D, les casques de réalité virtuelle, le cloud, la communication cerveau-machine, etc.

Selon les mots de Mark Zuckerberg : Facebook, instagram, whatsapp, messenger (et leurs autres applications) ont toujours permis de connecter les gens entre eux. Les relations sociales et les gens sont dans l’ADN de facebook, donc le metaverse est une solution logique du futur qui utilise les dernières technologies pour repousser les limites de la connexion des gens entre eux.

Normes et protocoles du Metaverse

De notre côté on se pose encore plusieurs questions : ces acteurs majeurs du metaverse doivent-ils se mettre d’accord sur des normes et des protocoles en amont pour que le metaverse se développe sur des fondations solides et que le code puisse évoluer progressivement dans le futur ?

Y aura t il un ou plusieurs metaverse de la même façon qu’il y a plusieurs réseaux sociaux actuellement ? Les sociétés seront-elles “propriétaires” du metaverse qu’elles créeront ? Ou bien un metaverse décentralisé existera sur lequel chaque société pourra ajouter ses “morceaux” ?

Mais ces questions on a pas vraiment besoin d’en connaître la réponse maintenant pour commencer à investir dans le metaverse.

Il faut imaginer qu’un acteur comme Meta/facebook qui propose son Metaverse peut choisir de rendre ses codes universels (un peu comme Google fait avec android) ou alors de le restreindre à son propre écosystème (un peu comme Apple avec son OS). Dans ce deuxième cas il pourra alors exister plusieurs metaverse chacun régis par son créateur. Seule l’adoption universelle de normes permettra une interopérabilité des biens virtuels et des monnaies. Par exemple, le fait de pouvoir acheter un objet virtuel dans un metaverse de chez Meta et de pouvoir le revendre dans un metaverse de chez Tencent.

Technologies du Metaverse difficiles à imaginer en détail

Bien qu’on puisse conceptualiser le metaverse dans ses grandes lignes aujourd’hui (par exemple les espaces virtuels, l’interopérabilité, le monde persistant qui continue d’évoluer quand tu n’es pas connecté, la connexion simultanée de masse), il reste difficile d’imaginer en détail les technologies qui en découleront.

Imaginez que vous deviez décrire l’internet de 2020 en 1990. À l’époque on pouvait par exemple le conceptualiser comme étant un réseau mondial de communication et d’information. Il y avait des idées qu’on pouvait envisager comme par exemple :
– le contenu UGC créé par les utilisateurs pour les utilisateurs,
– la messagerie instantanée,
– les transactions numériques.
Mais il y avait certaines technologies, certains modèles commerciaux, contenus, comportements et entreprises qui les ont exploités qu’il était très difficile de prévoir comme par exemple :
– Twitch,
– Snapchat,
– Bitcoin.

Les investisseurs des années 1990 ou 2000 n’avaient pas forcément besoin de sélectionner des entreprises ou des idées spécifiques. Au lieu de cela, le bon “panier” d’actions aurait fourni un résultat considérable avec moins de risques, d’efforts ou de connaissances techniques.

Chiffres et secteurs du Metaverse (infrastructure et expériences)

Pour le côté chiffres : selon Bloomberg Intelligence, l’opportunité mondiale du metaverse pourrait atteindre 800 milliards de dollars en 2024 contre environ 500 milliards de dollars en 2020. Cela représente un taux de croissance annualisé de 13,1% sur une période de 5 ans.
Cependant comme on peut le voir, seuls 4 secteurs du marché ont été étudiés :
– les développeurs de jeux en ligne,
– les fabricants de matériels de jeu, d’AR et de VR
– les sociétés de divertissements
– les médias sociaux.

Selon Roundhill Investments, bien que ce soient tous des éléments cruciaux de l’écosystème, qui proposeront des expériences interactives, le metaverse à plus long terme doit inclure aussi d’autres secteurs dans le cadre de son infrastructure, des sociétés :
– Informatiques (cloud computing),
– de mise en réseau, de câblage
– de paiement sécurisées et pertinentes

Il faut donc bien inclure :
1. Les sociétés qui se chargent de mettre en place l’infrastructure du metaverse
2. Les entreprises de médias et de divertissements qui se chargeront des expériences possibles à l’intérieur de ce monde.
De plus, au fur et à mesure que le développement se poursuivra, des entreprises spécifiques au metaverse capitalisant sur l’évolution de l’opportunité émergeront.

Selon Roundhill, le développement accompli d’ici le milieu de cette décennie pourrait donc être de l’ordre de 800 milliards de dollars, mais l’incorporation de ces sociétés d’infrastructure et l’accélération du changement de manière plus large pourraient signifier une opportunité de 2500 milliards de dollars d’ici 2030, entraînant un taux de croissance annualisé de 17,5 % d’ici la fin de la décennie.

3. L'ETF META

Informations essentielles

Lien : https://www.roundhillinvestments.com/etf/meta/

Créé le 30 juin 2021 (donc récent) il est proposé par ROUNDHILL Investments
Actuellement $175 millions d’actifs sous gestion mais ça monte vite (environ $10 millions de plus par jour ces derniers jours)
Frais annuels de 0.75%

L’ETF META vous exposera à ces différents secteurs :
– Entreprises développant des infrastructures essentielles au métaverse
– Moteurs de jeu responsables de la création de mondes virtuels
– Pionniers du contenu, du commerce et des réseaux sociaux pour le métaverse

Il réplique l’indice Ball Metaverse Index (“META Index”)

Classement et pondération au sein des catégories

Ball Metaverse Research Partners LLC gère la base de données “Metaverse Company Database”, une base de données des entreprises pertinentes dans le métaverse. Lors de chaque jour de sélection, qui a lieu tous les trimestres en mai, août, novembre et février, chaque entreprise de la base de données des entreprises du métaverse est classée par le Conseil d’experts en tant que « Pure-Play », « Core » ou « Non-Core » parmi les catégories décrites dans la cartographie du marché du metaverse.

Les sociétés sont pondérées dans l’indice par échelons :
Pondération sociétés « Pure-Play » = 2.5x « Core »
Pondération sociétés « Core » = 2x « Non-Core »
Donc pondération sociétés « Pure-Play » = 5x « Non-Core »

Entreprises « Pure-Play » – Entreprises dont le modèle économique principal et/ou les perspectives de croissance sont directement liés au métaverse. Pour ces entreprises, la croissance continue du metaverse est considérée comme essentielle à leur succès économique futur.

Entreprises « Core » – Entreprises avec des opérations substantielles et/ou des perspectives de croissance liées au Métaverse. Ces sociétés ont d’autres unités commerciales qui font tourner leur modèle économique et sont donc moins affectées par la croissance du Metaverse que les sociétés pure-play. Il n’empêche que les offres spécifiques au Metaverse de ces sociétés sont essentielles au Metaverse.
Avec le temps, si leurs opérations Metaverse deviennent le principal moteur de leur performance économique elles passeront logiquement dans la catégorie Pure Play.

Entreprises « Non-Core » – Entreprises dont les opérations et/ou les perspectives de croissance sont liées au métaverse. Ces entreprises tirent la majorité de leur chiffre d’affaires de métiers non directement liés au Métaverse.
Avec le temps, si leurs opérations metaverse deviennent un moteur pertinent de leur performance économique elles passeront dans la catégorie Core.
Il est peu probable, sur la base des informations actuelles, que les entreprises non core deviennent des pure players.

4. Secteurs impliqués et notre liste d'actions

Meta/Facebook, Tencent, Roblox représentent actuellement la partie visible de l’iceberg car il s’agit des sociétés dont les médias parlent le plus quand le sujet du metaverse est évoqué.

Facebook a changé son nom de société pour s’appeler Meta et montre son envie d’être considéré comme un acteur majeur dans le milieu.

Dans la partie immergée de l’iceberg on a énormément de secteurs liés au metaverse, qui ne prennent pas forcément le risque que vont prendre ceux qui vont développer et mettre à disposition le metaverse comme Meta par exemple.

Dans une de nos vidéos dans laquelle on traitait du metaverse on faisait l’analogie avec la ruée vers l’or et on disait qu’on préférait se pencher sur les vendeurs de pelles et de pioches que sur les pionniers de la ruée vers l’or qui prennent le risque de revenir bredouille, c’est pourquoi on préfère se focaliser dans un premier temps sur les secteurs les plus en amont, au niveau de l’infrastructure du metaverse.

On préfère également les « core et non-core companies » du metaverse, qui font déjà des bénéfices et dont le business n’est pas entièrement tourné vers le metaverse mais est utile à celui-ci, plutôt que les pure players, dont le succès économique dépend uniquement de la réussite du metaverse.

Donc à vous de faire votre choix d’actions en fonction de si vous souhaitez prendre beaucoup ou peu de risque en ce qui concerne la réussite du metaverse. Nous on ne donne pas de conseil en investissement. En ce qui concerne les actions qu’on mentionne, il s’agit seulement de notre avis personnel et subjectif.

On va lister par secteurs les sociétés qui pourraient profiter du développement du Metaverse en proposant leurs produits ou services. Par exemple les entreprises technologiques qui opèrent dans :

1. La création 3D et le design

entreprises qui proposent des logiciels de design, de création 3D, ou des moteurs graphiques
– Adobe avec son logiciel de création et de rendu 3D Substance mais aussi tous ses logiciels de design
– Autodesk avec l’ensemble de ses logiciels de création et d’architecture 3D
– Tencent via son moteur graphique Unreal Engine
– NVIDIA avec “Omniverse” une plateforme de simulation et de collaboration virtuelle pour la création qui utilise notamment Substance, Maya d’Autodesk et Unreal Engine
– Amazon avec son moteur 3D Lumberyard Open 3D Engine (O3DE) mais qui représente une très faible part de son business pour le moment
– Unity on attend qu’elle fasse du résultat net positif

2. Les semiconducteurs, GPU, CPU, mémoires

entreprises fabricant du matériel spécifique aux calculs et inclus dans les serveurs, tels que les cartes graphiques, les processeurs et les mémoires.
– NVIDIA avec ses cartes graphiques
– AMD avec ses processeurs et cartes graphiques
– Intel avec ses processeurs et ses futures cartes graphiques qu’elle devrait présenter au Q1 2022
– Samsung avec ses semi conducteurs et mémoires
– (ASML éligible PEA) qui vend les machines industrielles nécessaires à la fabrication des semiconducteurs
– (Seagate) qui propose des solutions de stockage de masse aux data center (action hybride potentiel de croissance avec bon dividende + renvoi à la vidéo qui en parle)

3. La mise à disposition de serveurs / Cloud computing

entreprises fournissant de la puissance de calcul pour prendre en charge les éléments du metaverse par la mise à disposition de serveurs. En effet, il faut bien calculer tout ce qui est lié à la physique, le rendu, la réconciliation et la synchronisation des données, l’intelligence artificielle, la capture de mouvement et sa reproduction fidèle, etc…
– Microsoft avec ses serveurs Azure
– Amazon avec sa branche de cloud computing AWS
– Google avec sa branche Google Cloud Platform
– Alibaba le 4ème plus gros provider de cloud computing
– (Lenovo) qui proposent des racks powered by AMD destinés aux data center

4. Les solutions de paiements et de stockage d'actifs numériques

entreprises qui prennent en charge des processus et des opérations de paiement digitaux et sécurisés, qui permettent de transformer des monnaies fiduciaires en pures monnaies numériques ainsi que les autres services financiers associés. Puis qui permettent la vente, la revente, le stockage, la protection sécurisée et la gestion financière des actifs numériques, tels que les biens virtuels et les monnaies, liés aux données et à l’identité des utilisateurs.
– Coinbase la plateforme d’échange de crypto monnaies et son partenariat avec Meta pour le wallet NOVI + sa marketplace de NFT
– Paypal
– Square

Ensuite, les entreprises de médias et de divertissements (comme les développeurs de jeux vidéo par exemple) sont capables de créer des expériences à l’intérieur du metaverse mais pour ça il faut qu’un metaverse existe déjà. Donc on les inclut dans notre liste aussi mais elles ne rentrent pas vraiment dans les entreprises d’infrastructure du metaverse.

5. Développement de plateformes virtuelles ou de jeux vidéos

entreprises développant et exploitant des simulations digitales immersives et souvent en 3D, des environnements et des mondes dans lesquels les utilisateurs et les entreprises peuvent explorer, créer, socialiser et participer à une grande variété d’expériences (piloter une voiture, peindre un tableau, assister à un cours, écouter de la musique).
– Microsoft avec Mesh son nouveau « metaverse » pro et avec tous ses studios de développement de jeux-vidéos
– Tencent via Epic Games et plus précisément Fortnite
– Take-Two avec ses jeux et plus précisément GTA Online
– Activision Blizzard avec toutes ses licences
– Nintendo avec toutes ses licences
– Roblox ne fait pas de résultat net positif et nous semble surévaluée

Il ne reste plus qu’à ajouter dans la liste la société qui souhaite donner vie au Metaverse elle-même en quelque sorte, à savoir Meta/Facebook.

Notre Short List d'actions Metaverse

Si on devait faire une short list elle contiendrait ces 8 actions : NVIDIA, Microsoft, Tencent, Coinbase, AMD, Adobe, Autodesk, Samsung
(en bonus ASML pour une diversification géographique)

On a identifié 3 autres secteurs dans lesquels on a été moins inspirés pour trouver des sociétés pour le moment, les actions qu’on va citer servent d’exemples mais ne rentrent pas dans notre liste conviction à l’exception de Samsung :

Networking (Qualcomm, Lumen) : les fournisseurs d’accès à internet ainsi que les entreprises spécifiques aux réseaux de télécommunication, spécialisées dans le câblage à fibre optique ou les fabricants de chipsets de connexions sans fil (wifi, bluetooth, NFC et autres).

Équipements individuels (Meta, Samsung, Sony, Immersion) : entreprises qui vendent les technologies et appareils physiques utilisés pour accéder, interagir avec ou développer le métaverse. Casques VR, téléphones portables, gants haptiques et tapis de mouvement multidirectionnels.

Équipements industriels (Matterport) : entreprises de matériel industriel tels que ceux utilisés pour faire fonctionner ou créer des environnements virtuels ou basés sur la réalité augmentée, tels que des caméras industrielles, des systèmes de projection et de tracking, des capteurs de mouvements (motion capture).

Conclusion

Pour investir dans toutes les actions qu’on a citées, c’est facile en utilisant des courtiers comme etoro, trading212, trade republic ou degiro par exemple.

L’ETF META n’est pas facilement disponible en France pour le moment étant donné qu’il est jeune et coté sur le NYSE. Sur eToro, Trade Republic et Degiro par exemple, il n’est pas disponible. Par contre, il est disponible sur IG en CFD, ce qu’on ne recommande pas pour un placement long terme. Mais sur leur site, Roundhill mettent à jour leurs positions tous les jours donc rien ne vous empêche de vous en inspirer pour vos achats d’actions et gérer votre portefeuille à votre sauce.

Laisser un commentaire